J’ai pas vu la tour Eiffel mais c’était pas le but ou le stand Framasoft à l’Ubuntu Party de Paris


Je n’ai pas vu franchement le jour ou même l’Ubuntu party durant ces deux jours où j’y étais mais ce n’était pas franchement le but, comme je l’ai indiqué en titre.

Non, le but premier pour moi a été de rencontrer l’équipe Framasoft en représentation sur place.
J’avais déjà manqué l’occasion d’aller à Bordeaux pour les RMLL mais ce coup-ci, avec Paris qui est la ville la plus accessible de France par air, par route et par train (la mer n’y est pas encore, bien que la plage y soit parfois) et aucun autre rendez-vous sur le créneau, je ne pouvais pas décemment rater à nouveau une assemblée de personnes qui font tant pour le logiciel libre.

J’avais quand même l’idée au départ de venir rencontrer aussi cheval_boiteux afin que nous puissions travailler un peu sur le Framawiki et sur les tutoriels qu’il se destine à contenir entre autre.
Tout était prévu au millimètre, sauf un détail : le stand Framasoft.

Si vous avez à un moment l’intention de faire quelque chose de précis pendant une Ubuntu party ou tout autre événement à fort drainage de public, oubliez tout de suite.
Rien que le fait de se mettre derrière le stand fait de vous un porte-parole et un référent du mouvement Framasoft. Il y a tellement de sujets intéressant à aborder avec tant de personnes intéressantes tout en restant dans le cadre de la représentation de Framasoft que la première chose que vous ne verrez plus, c’est le passage du temps.

Tout d’abord, vous allez arriver sur le stand et voir tous ceux qui se connaissent déjà se saluer et se retrouver. Comme Framasoft ne fait pas de réunions très souvent vu que ses intervenants sont éparpillés au quatre coins de l’Europe – voir du monde – l’ambiance de retrouvailles est vraiment chaleureuse.
Puis, arrive le moment de vous présenter et là, à la mention de votre pseudo, vous faites déjà parti de la famille.
C’est, je pense, la même chose avec la grande majorité des relations épistolaires depuis le début. À la limite, c’est même plus le cas aujourd’hui puisque nous ne dépendons plus des chevaux pour relayer nos pensées, nos réflexions et nos sentiments. Mais c’est une toute autre histoire.

Les mains serrées et les présentations rapides faites, vous commencez à vous installer avec la ferme intention de faire avancer le schmilblick pour lequel vous êtes aussi là. Mais, à peine avez vous commencé à voir ce que vous avez à faire que les premières personnes qui demandent des informations sur Framasoft en général ou sur un projet en particulier sont déjà là. À vrai dire, elles sont arrivées avec vous qui n’avez pas eu la possibilité de passer par  » l’entrée des artistes « .
Bref, entre les personnes qui sont là pour acheter une Framakey, pour se renseigner sur ce qu’est l’univers Framasoft (et quand je parle d’univers, je pèse mes mots) ou qui vous parlent de ce qu’ils font dans le libre ou pour Framasoft avec passion, vous ne pouvez clairement pas poser votre nez sur votre PC que vous venez de mettre en route.
Pour être clair, à part un maitre zen, je ne vois pas qui pourrait rester concentré dans ces conditions.

Ces merveilleuses conditions, devrais-je dire.
Si j’ai remercié à la fin de la rencontre les personnes de l’équipe, c’est bien pour m’avoir laisser parler aussi facilement de Framasoft à ce stand et de ce fait de m’avoir permis non seulement de les rencontrer et de travailler avec eux, mais aussi de rencontrer des personnes généreuses des deux côté de la table.
Je me suis rendu assez vite compte que de suivre tous les projets (même uniquement les plus actifs) est déjà quasiment un travail en soi, et que je ne savait quasiment rien sur les activités de Framalang, Framabook ou de Framakey. À moi donc de m’y intéresser de plus près et peut être d’y participer quand le Framawiki sera pleinement oppérationnel et visité.
En attendant, je mûris les rencontres faites avec le libérateur d’ordinosaures qui a fait une application qui vous retire un windows sans licence pour y installer un linux tout propre et tout fonctionnel pour Emmaüs ; Quentin et Julien, programmeurs de logiciel libre, prévoyants, gourmands et Famasoftiens ; notre voisin de stand dont j’ai oublié le prénom, démonstrateur sur clavier bépo et avec qui le courant est très vite et très bien passé ; les anciens et les permanents de Framasoft qui savent vous encourager à continuer ce que vous semblez faire de bien (merci pour les compliments sur ce blog, Don Rico.😉 ) ; les animateurs du stand WikiMedia avec qui j’ai échangé brièvement quelques informations ; les fourmillants et bénévoles organisateurs parés de leur magnifique T-Shirt Ubuntu et de leur inégalable sens de l’écoute ; les défenseurs de nos droits et de la neutralité du net que sont les personnes de La Quadrature Du Net qui ont encore aujourd’hui plus de pain sur la planche que dans les réserves et dont je vous ai déjà parlé ô combien il est nécessaire de les soutenir pour notre intéret à tous ; les agitateurs de l’APRIL qui sont perpétuellement sur la brèche de la promotion du libre; Isabelle, énergique professeure du C2I à l’Université Paris Sud avec qui on ne peut que partager la volonté de faire découvrir Internet, sa philosophie et ses applications basiques (qui sont déjà tellement plus intéressantes que MSN ou Facebook) et que j’encourage à publier un framabook comme elle m’en a parlé ; les voisins d’ILArd venus rencontrer notre PYG international et surtout faire une émission à propos de l’Ubuntu Party qui ne saurait tarder à voir le jour sur leur webtv ; et enfin, Mathieu d’In Libro Veritas qui m’a connu sous le pseudo de Cravate dans une vie antérieure.

J’ai raté pas mal de monde, j’ai rencontré encore plus de monde que ce que j’ai énuméré, mais j’ai des idées à partager plein la tête.

En conclusion, si j’ai une chose à vous dire à propos de ces événements, c’est qu’il ne faut pas hésiter à venir ou même à participer. Ce qu’on donne, on le reçoit multiplié par le nombre de personnes présentes.

Une réflexion sur “J’ai pas vu la tour Eiffel mais c’était pas le but ou le stand Framasoft à l’Ubuntu Party de Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s